⭐️ Malt Tech Trends 2021 est sorti !

On décortique 🌽 les tendances tech de 2021, on va reprendre le rapport et le synthétiser puis ajouter notre point de vue sur ce qui nous semble important.

⭐️ Malt Tech Trends 2021 est sorti !

Nous, on adore ce genre d'étude qui sort tous les ans, parfois deux fois par an, c'est l'occasion de se remettre en question et de faire un bon gros coup de veille !

Alors décortiquons 🌽 un peu les tendances 2021, on va reprendre le rapport et le synthétiser puis ajouter notre point de vue sur ce qui nous semble important.

Pour le lire vous-même c'est par ici

🔎 On se spécialise de plus en plus

Face à une complexité grandissante dans les technologies (notamment lié à l'avènement du Cloud) et dans les produits à développer, on dénote une tendance dans les recrutements : La spécialisation.

D'ailleurs les grandes entreprises ont tendance à aller chercher des ressources externes spécialisées plutôt que de recruter et former en interne.

Bonne ou mauvaise chose, on peut en discuter en commentaire, je pense que c'est bénéfique pour l'innovation et les itérations rapides en début de proejt, mais moins quand on doit mettre à l'échelle un produit et donc que l'on a besoin d'une équipe avec un historique.

On apprend qu'en Europe les freelances consacrent 5h à 6h par semaines à l'auto apprentissage / la mise à niveau de leurs pratiques.

Et pourtant les freelances hyper spécialisés (en cloud, data, backend complexe, etc.) se font de plus en plus rare sur le marché, du moins, la demande dépasse de loin, l'offre.

🐍 Python, gère la fougère.

Python est le langage qui a le vent en poupe, il dépasse enfin Java après des années de concurrence.

Cela est clairement dû à l'émergence du traitement de la donnée, rien de nouveau par rapport aux années précédentes. On fait du machine learning, du big data, et globalement on exploite les données.

Python est un candidat parfait pour ce genre de boulot, d'où sa popularité.

Python se détache du reste du peloton

Les autres langages

  • TypeScript est dans le top 10, ce langage qui permet de structurer et de typer un JavaScript toujours plus complexe fait beaucoup d'adepte chez les développeurs web. Ce qui est cool est qu'il apporte la notion de typage et ses avantages dans le monde du web. Là où on se faisait railler par les dev PHP et JS il y a quelques années quand on faisait des langages typés (so 2000) aujourd'hui la démocratisation du TypeScript permet aux projets web d'être plus structurés et stables.
  • Scala est en chute libre. Peut-être à cause des nouveaux langages multiparadigme émergents comme Kotlin ?
  • Objective-C est sur le déclin depuis quelques années, et cela continue en faveur de Swift, ce qui reste logique dans la politique menée par Apple.

Les tendances majeures

Le LowCode

On retrouve le NoCode / Low Code qui est en forte croissance, une bonne tendance et surtout une démocratisation des outils liés à leur maturité.

On a fait un webinaire sur le sujet il y a quelques temps, donc hésitez pas à vous mettre à niveau, c'est par ici.

Le cloud

L'avènement des plateformes Cloud, alors ici, on pourrait parler des heures de toutes les subtilités liées au Cloud et quelles parties du cloud sont plus ou moins émergentes. Ce qui est certains, c'est que les administrateurs systèmes et les développeurs ont compris l'intérêt du cloud dans la maintenance et la gestion de l'infrastructure.

Pour scaler : Il faut se tourner vers le cloud.

Un petit aperçu des différents niveaux d'abstractions et services possibles sur le cloud

Le cloud est complexe, donc forcément, la demande en experts qualifiés et spécialisés est forte. Ceci rejoins ce que nous évoquions dans le premier point de ce Tech Trend 2021.

Les microservices

Fortement lié au cloud, le "microservicing" permet de se séparer du concept d'application monolithique. C’est-à-dire que l'on va sortir de l'idée d'avoir pour un projet : une base de code à maintenir.

On va plutôt faire un code spécifique à une tache et déployer cette tache simple. L'idée est de maintenir plus simplement notre infrastructure, en découpant le problème en plus petits problèmes.

Exemple

J'ai un backend à développer qui doit faire :

  • L'authentification
  • L'envoi de mail
  • La sauvegarde en Base de donnée

Au lieu de tout réaliser dans un seul projet que je vais déployer, je vais plutôt travailler avec des microservices. Trois microservices dans notre exemple. Ceux-ci vont communiquer via des API REST ou mieux du RPC / gRPC (avec protobuf par exemple).

Ainsi, si je dois mettre à jour la partie mail, je ne touche pas aux autres bases de code, donc moins de risque de tout casser en production.

L'avantage est également notable d'un point de vue mise à l'échelle. On pourra aisément augmenter le nombre d'instances d'un microservice en particulier en cas de forte charge.

Scénario : Mon microservice d'authentification va être énormément sollicité car il y a une vague d'inscriptions. Il me suffit de doubler les instances actives pour amortir la charge, sans toucher aux autres parties de mon infrastructure. J'optimise ma montée en charge en ciblant parfaitement le besoin.
Infra classique vs Cloud

Avec la flexibilité du cloud on va mettre à l'échelle "horizontalement" plutôt que "verticalement". Si ce sujet, vous intéresse on pourra sans problème rédiger un article plus complet, suffit de nous le dire en commentaire.

Les microservice ne sont pas une nouvelle tendance, mais on remarque cette année une maturité nouvelle qui s'en dégage. L'idée n'est plus de savoir si on va découper en microservices, mais plutôt quel est le champ d'opération de chaque microservice afin d'optimiser la charge et le développement. On est sur de la conception, de l'architecture, les choix liés au DDD (faut cliquer parce que c'est pas ici que j'aurai la place d'expliquer ce concept).

Les applications mobiles

Ahhh mon sujet préféré, en plus je suis content des tendances de cette année 🥰

Les frameworks web continuent leurs déclins

Créer une application mobile en conservant sa base de code web, c'est quand même le top sur le papier. Sauf qu'en terme d'UX et de qualité, c'est moins cool.

Idem coté développeur, la maintenance est un calvaire la plupart du temps, il faut tenir à jour le framework en lui-même (Capacitor, Cordova, Phonegap pour les plus anciens), les plugins (pas toujours bien maintenus), et le framework front (Vue, React, Angular, etc.), sans parler d'Apple qui aime pas trop ce genre d'app.

Et Xamarin qui est en forte perte de vitesse. J'avoue que je ne le pleurerai pas.

Flutter est le nouveau chouchou des dev

On en a déjà parlé ici (pour la version 2.0) et là (pour le déploiement sur le play store), Flutter est plébiscité par les développeurs.

Vous savez pourquoi ?

Parce que la DX (Developer eXperience) est top, on a plaisir à développer, le marché des bibliothèques est très bien maintenu et est transparent avec son système de notation simple à comprendre. Ce système se base sur plusieurs critères pour établir un score permettant au développeur de savoir si une bibliothèque est digne d'intégrer son projet.

Le langage Dart est un pur plaisir, et l'architecture des interfaces via le système de Widgets est facile à prendre en main, on peut rapidement créer une magnifique interface animée et performante sans prise de tête.

Flutter has already been adopted by giants Alibaba and Groupon as well as The New York Times, and looks to have a bright future. Despite this steady progression, React Native remains the leader, adopted on a massive scale. – Malt Tech Trends 2021

React-Native reste le leader du cross-platform

J'ai moins de choses à dire, si ce n'est qu'il est massivement adopté et à fait ses preuves.

React-Native génère du code natif à partir de code JavaScript, ce qui permet d'avoir des performances natives sur le rendu final, très proche de ce que Flutter fait, mais en JS.

Ce que la pandémie a changé en termes de rémunération des freelances.

Pour faire simple, l'été 2020 a observé une baisse moyenne de 50 € / jour de travail des freelances.

On était à environ 700 € jour avant la pandémie, puis à 650 € en été 2020 avant que la rémunération ne remonte après l'été à son niveau initial.

On termine sur une petite infographie

Clairement autant la mettre dans l'article cette infographie, pour résumer cela en un mot : BACK-END.

Les barbus ont de l'avenir.

C'est le poste de dépense le plus élevé et là où il y a le plus de travail en freelance. Car ce back-end est de plus en plus complexe comme on a pu le voir dans l'article, il y a un fort besoin de mise à l'échelle et de flexibilité technique.

Et cela ne peut se faire qu'avec des développeurs et experts du domaine malheureusement.

Nos conclusions

De notre point de vue, il y a un problème sur le marché, avec énormément de formation en développement web front-end / full-stack web, mais très peu, voire pas du tout de formations en développement back-end et architecture.

Alors que l'on constate que c'est là où se situe la plus forte demande : Cloud, Microservices, Back-end lourd.

Pourquoi lourd ? Nous avons pu constater que Python est le langage le plus populaire, car nous sommes dans l'exploitation des données, qui dit exploitation des données à grande échelle dit aussi back-end lourd, je le différencie du back-end "web".

On n'exploite  pas des données avec PHP, Symfony, RoR ou Django, ce sont des back-end web, destinés à servir des interfaces utilisateurs ou des API, ce sont de "simples" points d'entrés dans une infrastructure bien plus complexe.

Le traitement des données se fait avec des modèles de données (réseaux de neurones) mais aussi avec des langages permettant de faire tourner des calculs complexes et parallélisables comme Go, Kotlin, Rust ou C++. Et autour de nous, il n'y a aucune formation qui propose ce genre de langages et les frameworks (TensorFlow, PyTorch, CoreML) d'entrainement de réseaux de neurones qui vont avec.

Coté mobile, le natif est indétrônable, car poussé par Apple et Google, il n'est pas si difficile de faire du natif aujourd'hui. Alors pourquoi ne pas répondre à la demande du marché qui se détourne des développements hybride web (VueJS+Cordova pour n'en citer qu'un) tout comme l'App Store d'ailleurs.

On a besoin de natif et de back-end et surtout de développeurs créatifs. Pourtant on continue à former des executants web, sans se soucier de la réalité du marché.

Cela à pour conséquence d'envoyer sur le marché des développeurs qui ne sont pas armés pour correspondre à la demande. C'est dommage pour un marché aussi florissant que l'informatique.

On se retrouve avec ce genre de témoignage

📣 Appel aux organismes de formations

Alors SVP les organismes de formation qui lisez cet article : Formez les apprenants à d'autres langages que du JavaScript ou du PHP si vous voulez une bonne réputation et que vos lauréats réussissent leur transition vers l'emploi dans l'avenir.

Mais aussi si vous voulez qu'ils s'épanouissent et soient moteur dans les entreprises.

Le monde de la tech évolue, les formations doivent aussi évoluer.

Soutenez notre travail ❤️

🔥 Suivez nous sur Instagram, Facebook ou abonnez-vous à notre newsletter en devenant membre de notre blog :)

Commentaires

Connectez vous ou devenez un membre de Async pour rejoindre la conversation.
Entrez un mail ici pour recevoir un lien de connexion, super simple ⚡️